Sanikiluaq, Nunavut

La société de l'Eider arctique (AES)

L'Arctic Eider Society (ᐃᓄᐃᑦ ᒥᑎᓕᒻᒥᐅ), est un organisme de bienfaisance canadien enregistré, basé à Sanikiluaq, au Nunavut, créé en 2011. Par le biais de trois piliers (la recherche communautaire, l'éducation et la sensibilisation, et l'intendance), elle contribue au renforcement des capacités locales et à l'autodétermination. Cette étude est axée sur le dossier pédagogique sur la glace de mer arctique destiné aux élèves du secondaire qui est issu de ce travail.

image001.png

Le programme éducatif développé par l'Arctic Eider Society est issu de projets de surveillance communautaires menés par les Inuits et, par conséquent, est basé sur un lieu en particulier.

Pendant longtemps, les Inuits ont observé et suivi les changements dans la région de la baie d'Hudson, notamment en ce qui concerne la formation de la glace, les changements dans les courants d'eau et leurs effets directs sur les eiders arctiques qui luttent pour se nourrir, étant donné le projet de développement hydraulique de la baie James qui a débuté en 1971.

 

Le programme d'études est né de la nécessité pour cette communauté de préparer les futures générations d'Inuits à être des observateurs attentifs de leur environnement et des gardiens de leur territoire. Le processus d'élaboration du programme est en cours et est motivé par la nécessité de préparer les futures générations d'Inuits à répondre aux défis environnementaux en tissant des liens entre les modes de connaissance inuits et la science et la technologie occidentales.

La technologie développée par l'Arctic Eider Society, la plateforme et l'outil Siku, permet l'enregistrement immédiat des connaissances locales et le partage des informations. Elle est devenue la pierre de touche de la sécurité de la chasse et de la surveillance locale. L'outil de surveillance Siku est un exemple de technologie de pointe qui permet d'intégrer les technologies de communication (TIC) dans les programmes et les pratiques de l'Inuit Nunangat, à côté des outils SIG, et qui facilite le partage d'informations en temps utile au sein des communautés et entre elles. Cet outil permet également de combiner les modes de connaissance indigènes et la science occidentale, une combinaison qui est pertinente au niveau local et fondée sur l’IQ.

Résultats du programme sur l'Eider de l’Arctique

De la communauté, pour la communauté

 

«Les membres de la communauté disaient : "Nous devons avoir les maths et les sciences, nous devons avoir des enfants qui apprennent ces choses pour qu'ils puissent faire de la recherche environnementale eux-mêmes, et nous devons renforcer les capacitésʺ, et c'est donc ce genre de conversations qui a amené Joe Heath à décider de mettre en place un programme de sensibilisation. Il s'agit donc d'un appel des communautés à mettre la recherche à la disposition des enfants et à s'en inspirer, en l'intégrant également aux connaissances indigènes, afin qu'elle puisse être utile à l'avenir.»  [Coordinateur de l'éducation AES, J. Kidd, 2020]

 

«C'est vraiment un programme d'études adapté à la réalité des Inuits, j'y crois fermement !»

[Enseignant B, 2019]

 

Mes préférences ? Les réseaux alimentaires de l'Arctique, peut-être ?

«Je pense que j'aime le réseau alimentaire de l'Arctique, c'est mon préféré, simplement parce qu'il est super adaptable à n'importe quelle région et il y a une tonne d'animaux différents qui sont identifiés et il y a beaucoup d'histoires qui en sortent avec les enfants. Des histoires comme "Oh, j'ai vu une personne qui mangeait ceci" ou "la semaine dernière, quand j'étais sur le terrain, où nous avons attrapé ce phoque et l'avons ouvert, nous avons vu qu'il avait des crevettes et non de la morue dans son estomac, et les aînés disent que les phoques mangeaient de la morue quand les océans étaient plus froids, mais plus maintenant"... c'est un vrai terrain pour le développement des connaissances indigènes par le biais des histoires qui sont si géniales et super adaptables à différents niveaux

[Coordinateur de l'éducation AES, J. Kidd, 2020]

Le programme scolaire est important, mais les enseignants y comptent aussi - Prochaines étapes

 

« Un de mes collègues avait un membre de la communauté comme co-professeur et non pas un professeur stagiaire ; ce n'est pas la terminologie ; un co-professeur ; quelqu'un d'autre qui est là avec vous et travaille avec vous. Umm, et les enfants ont adoré et il a adoré et je pense que son co-enseignant a adoré.»  [Enseignant A, 2019]


« Il y a un an et demi, je travaillais à l'école, j'étais technicien d'éducation spécialisée, donc je travaillais en étroite collaboration avec les élèves qui avaient besoin de plus d'explications, de plus de compréhension en inuktitut, donc c'était un bon poste pour moi, et pour les élèves. De cette façon, ils pouvaient me demander ce que le professeur leur demandait de faire...»  [A. Novalinga, 2019]

Ce que Siku - le réseau social de connaissances indigènes, développé par l'AES-, pourra faire, peut-être

 

«Il y a encore tellement de travail à faire, pour adapter le programme d'études localement, en travaillant avec la communauté, avec les aînés, avec les professeurs de culture, avec les professeurs de sciences, mais malheureusement, surtout les professeurs de sciences, ils ne restent jamais très longtemps, donc c'est un défi, ils apprennent à peine à connaître les manières inuites et ils partent, c'est un défi.» [Enseignant B, 2019] 

«...c'est une sorte de rêve mais ce serait bien qu'il vienne des Inuits en Inuktitut. Comme le programme d'études qui sera créé en inuktitut puis traduit en anglais et en français. Ça, je veux dire que c'est un rêve. Je pense qu'il est assez difficile que cela devienne une réalité.» [Enseignant A, 2019]

 «Ce que nous voulons faire, c'est ouvrir plus de portes»

«Mon plus grand espoir est de voir, et je pense que c'est probablement l'espoir de tout le monde, de voir des enseignants inuits enseigner des contenus inuits. Je veux dire que c'est finalement ce pour quoi nous sommes dans le jeu, c'est pour renforcer les capacités là où nous pouvons être utiles, et renforcer les capacités et jouer comme un rôle de soutien, mais finalement nous voulons nous éloigner de ce que nous faisons et nous espérons avoir contribué à mobiliser le savoir inuit pour qu'il se perpétue pendant des générations, et je pense que le plus grand tort que nous pourrions faire est de continuer à l'éradiquer de notre politique et de notre éducation et de toutes les choses quand il s'agit d'un trésor national, il y a tant de connaissances que les gens sont prêts à partager et avec lesquelles nous pourrions élaborer de bien meilleures politiques et de bien meilleures ressources éducatives, et nous pourrions faire bien mieux si nous les utilisions bien, c'est donc mon espoir pour l'avenir.» [Coordinaeur de l'éducation AES, J. Kidd, 2020]

Bernache_edited.png