Arviat, Nunavut

Société Aqqiumavvik (Arviat Wellness Centre)

 

 

Le programme Ujjiqsuinig des jeunes chasseurs (YHP)

 

Mis en œuvre par la société Aqqiumavvik (Centre de bien-être d'Arviat), le programme Ujjiqsuinig pour les jeunes chasseurs est conçu pour développer des pratiques de chasse durables chez les jeunes âgés de 8 à 25 ans. Guidés par des aînés et des éducateurs expérimentés, les jeunes s'adonnent à des activités de chasse locales et surveillent la faune, la météo, l'eau et les conditions de glace.

Programme de surveillance environnementale pour les jeunes (Voir aussi Arviat se met au vert et l'Adaptation aux changements climatiques)

Le programme de surveillance environnementale pour les jeunes est né d'une collaboration entre la société Aqqiumavvik (Centre de bien-être d'Arviat) et ARCTIConnexion, et a contribué à l'expérimentation de la culture d'aliments locaux dans une serre. Il soutient également la formation des jeunes aux techniques de surveillance, en encourageant les jeunes à observer et à réagir aux changements climatiques, et s'adresse aux jeunes de 8 à 18 ans.

Colour logo transparent.png

Résultats du programme de surveillance environnementale pour les jeunes (Arviat se met au vert et l'adaptation aux changements climatiques)P)

L'insécurité alimentaire dans la communauté a donné lieu aux deux projets

«Le projet de serre a été lancé parce que les gens ont remarqué des changements dans le climat, le réchauffement du climat, donc nous voulions en profiter et essayer de tirer profit de cette saison de croissance plus longue à Arviat.»

«C'était formidable de travailler avec les jeunes, de découvrir si nous pouvions utiliser le sol local et les engrais locaux pour faire pousser des légumes et des plantes à Arviat. Il s'agissait donc de découvrir si nous pouvions utiliser le sol local, un engrais local, et être plus autonomes dans la culture des légumes, ce qui a bien fonctionné, parce que nous avons découvert que nous le pouvions. »   -  [N. Lindell, 2016]

Le projet de nécropsie - Surveillance de la santé du poisson

«Un autre projet que nous avons réalisé consistait à surveiller la santé des poissons aux alentours d'Arviat, parce que le poisson est un élément de base très important pour les repas et le régime alimentaire d'Arviat, et nous avons du corégone, de l'ombre, de la truite et de l'omble, et, le poisson est si bon pour la santé, et c'est un élément de base dans le régime alimentaire des Inuits depuis si longtemps, que nous voulons nous assurer que c'est, que tous les poissons sont bons à manger. Nous avons donc fait appel à la population locale d'attraper le poisson et nous les avons payés pour le poisson, et puis nous disséquions le poisson, et les étudiants ont appris à disséquer le poisson et la même chose avec le contrôle de la qualité de l'eau, ils ont appris si rapidement, après avoir fait deux ou trois poissons ils connaissaient déjà toute la routine et puis nous avons fait environ 80 poissons chaque année, en prenant des échantillons. Et j'ai travaillé avec le ministère des Pêches et des Océans, et ils ont fait cela, ils font presque la même routine. Les étudiants ont vraiment apprécié, en plus ils acquièrent des compétences, vous savez, pour leur résumé ou pour passer au programme de technologie environnementale, par exemple.»   - [N. Lindell, 2016]

La valeur de la surveillance environnementale dirigée par les Inuits

«Un projet communautaire, c'est comme si c'était mon projet, c'est notre projet. Comme ces gens nous aident, nous forment à faire ces choses, pour que nous puissions continuer à le faire, et puis, quand les chercheurs viennent en ville, vous savez, vous ne connaissez pas seulement un aspect, vous ne savez pas seulement comment prélever les échantillons, vous savez quoi faire avec les échantillons, vous savez comment les analyser, vous faites plus que collecter pour un chercheur. »

[N. Lindell, 2016]

 

«Je suis content que ce soit à nous, que nous sachions que ça va rester à Arviat, que nous puissions dire aux gens que nous faisons ça parce que les aînés le veulent. Nous filmons tout pour que tout le monde puisse voir tout cela sur la chaîne locale. C'est une bonne façon d'expliquer, ... voir tous les jeunes de leur communauté qui font des recherches, ils entendent les aînés et leurs témoignages, dans le film, c'est un sentiment formidable, les gens comprennent ce qui se passe et les gens écoutent plus, ils se sentent plus concernés parce qu'ils savent que leurs grands-parents sont à la télévision, ils partagent leur savoir...»   

[N. Lindell, 2016]

Ce que j'aime dans la surveillance de l'environnement

"«J'ai toujours eu comme une passion d'apprendre à connaître l'environnement et de travailler davantage avec l'environnement. J'ai eu beaucoup de chance avec ce travail à Arviat, avec la serre, mais c'était surtout un travail pratique et des choses comme ça. Cela m'a donné envie, après avoir travaillé là-bas pendant trois ans, de faire plus pour la communauté, de voir comment je pouvais faire plus pour l'environnement et d'autres choses de ce genre. C'est comme ça que j'ai été admis au programme technique environnemental d'Iqaluit au Collège de l'Arctique.»

[M. Muckpah-Gavin, 2018]

 

Quels sont vos rêves pour l'avenir ?

«Je ne suis pas trop sûr. Je n'ai pas vraiment de rêves. Il suffit de continuer à aller là où je vais. Il faut continuer à aller à l'école et à réussir dans mes études. Surtout en tant qu'Inuk, je veux pouvoir être un modèle pour les Inuits, comme quoi, comme avec les trucs liés à l'environnement, je veux pouvoir amener d'autres jeunes à vouloir faire ça, comme être un modèle.»

[M. Muckpah-Gavin, 2018]

caribou_edited.png

Résultats du programme des Jeunes chasseurs

Comment le programme est né de la communauté

«Notre comité de la santé avait organisé une consultation communautaire où on demandait à la communauté : "Quels sont, selon vous, les besoins de notre communauté, classez ces besoins par ordre de priorité ?ʺ Beaucoup de gens ont dit qu'ils voulaient plus de nourriture traditionnelle dans leur régime alimentaire et que nous avions besoin de plus de choses à faire pour les jeunes, plus d'activités pour les jeunes. J'ai commencé à me dire : "Plus de nourriture traditionnelle, et plus de choses à faire pour les jeunes : pourquoi les jeunes ne vont-ils pas à la chasse ?ʺ»

[K. Baker, Program Director, 2016]

L'éducation par le biais et avec l'aide de la communauté

«Je pense que ce qui est vraiment passionnant avec le programme des jeunes chasseurs, c'est qu'ils se soutiennent mutuellement. Nous avons tous ces jeunes qui sont enthousiasmés par le programme et leur énergie et leur enthousiasme motivent continuellement les instructeurs. Nous avons les aînés, qui apportent leurs connaissances et leur expérience au programme. Cela revitalise leur rôle en tant qu'aînés, en tant que, vous savez, donneurs de conseils, en tant qu'experts dans la communauté. Et puis nous avons ces jeunes, et c'est leur chance de former d'autres personnes, de contribuer par leurs connaissances au bien commun avec l'amélioration de leur communauté. Donc, tout le système culturel qui aurait été en place se met en place dans ce programme parce qu'il crée ces interactions de relations et d'engagement avec le sentiment d'un but commun, et le sentiment d'une attente partagée pour améliorer la vie des autres.» [S. Tagalik, 2016]

 

 Ce que nous avons fait dans le cadre du programme - Deux jeunes participants

 

«Nous avons interviewé quelques aînés, et nous leur rendons visite, leur parlons, leur posons des questions sur la vie à l'époque. Les aînés nous ont raconté des histoires sur la chasse, comment ils chassaient, comment était la météo. …. Je me sentais bien parce que nous leur rendons visite et que nous leur parlons.» [W. Jeune homme participant, 2016]

 

«Chaque jour... chaque jour en semaine, nous y allons après l'école, au programme des jeunes chasseurs. C'était amusant parce que j'ai pu faire des harpons avec eux, et ils m'ont appris à le faire.» [D. Jeune femme participante, 2016]

 

«Le meilleur moment... le meilleur moment, nous sommes allés chasser les caribous, les perdrix blanches et les oies.»

[W. Jeune homme Participant, 2016]

 

«Le programme des jeunes chasseurs nous apprend à fabriquer des outils et à survivre, et quel sentier utiliser sur le terrain.» [D. Jeune femme participante 2016]

Qu'est-ce qui donne au programme sa nature exceptionnelle ? - L'accent mis sur la nature et le bien-être

«Peu importe ce que vous vivez, si vous avez l'impression d'avoir du mal ou si vous ne pouvez pas penser clairement, allez dans la nature et la terre vous renouvellera et vous rajeunira, et vous pourrez commencer à penser clairement et à résoudre les problèmes que vous rencontrez. La nature est une véritable guérisseuse pour nous.»

[K. Baker, Directeur du programme, 2016]

 

«Oui, et ils s'amusent toujours. Les jeunes qu'on emmène (avec les Jeunes chasseurs), c'est... même, on peut même le voir à leur visage, ils sont heureux. Heureux d'être dehors, dans la nature. Loin de la ville, loin de tout, des soucis, rien, pas de soucis, rien, juste la nature. Rien d'autre. Ça leur permet de dégager l'esprit.» [Enseignant, entretiens 2016]

Le bien-être grâce à la construction de réseaux relationnels pour la vie

«Les parents nous disent que leurs enfants sont plus heureux, qu'ils préfèrent aller dehors et faire des choses avec leurs mains plutôt que de s'asseoir et de jouer à des jeux, d'être sur Internet ou de regarder la télévision, qu'ils sont plus actifs, qu'ils deviennent... leur alimentation devient plus saine, un peu plus saine parce qu'ils consomment plus de nourriture traditionnelle. Et la relation qu'ils établissent entre les aînés et nos enseignants, c'est quelque chose qu'ils gardent toute leur vie. Ce sont... beaucoup d'enfants qui grandissent, ils sont timides avec les aînés et ne veulent pas parler, mais une fois qu'ils commencent à travailler avec les aînés dans le cadre de notre programme, ils se sentent beaucoup mieux accueillis et estiment qu'il est plus facile de se mettre en rapport avec les aînés, de leur demander des conseils... donc ce lien, nous le voyons beaucoup, ce lien, les relations se développent entre les jeunes de notre programme et les membres de la communauté. C'est très intéressant à voir.»

[K. Baker, Directeur du programme, 2016]

Le cinéclub Arviat Film Society (AFS) 

 

Le cineclub Arviat Film Society (AFS) est un programme dirigé par des jeunes qui offre une éducation aux médias numériques tout en contribuant au développement de nombreuses compétences pour devenir de futurs leaders et innovateurs. L'âge des participants à l'AFS varie entre 13 ans et l'âge adulte, avec entre 10 et 30 participants.

10689800_468309626641554_554610315578188

Résultats du programme du cinéclub

Arviat Film Society

«AFS s'engage à créer des opportunités tout en répondant aux besoins de la communauté...» afin d'offrir aux jeunes un espace sûr pour «raconter leur histoire... et définir leur propre sens de l'identité à partir de leurs propres perspectives, plutôt que de laisser d'autres personnes le faire» (pour eux). [J. Bell, Co-fondateur]

 

«Nous utilisons le film et la vidéo, mais il ne s'agit pas vraiment de film et de vidéo, il s'agit vraiment de leur donner les moyens d'explorer et de découvrir ce qu'ils veulent faire de leur vie, plutôt que d'avoir un système déjà programmé qui leur dit quoi faire, comment se comporter et où aller. C'est la façon dont ils explorent, l'apprentissage par l'expérience, on pourrait l'appeler ainsi et le voir de cette façon aussi.» [J. Bell, Co-fondateur]

 

«Je pense que l'AFS, c'est beaucoup de choses différentes. Ce n'est pas seulement un cinéclub, pour certains jeunes c'est amusant, pour d'autres c'est une opportunité d'obtenir des crédits supplémentaires, pour d'autres encore c'est juste un endroit sûr où aller, et certains de nos jeunes aiment vraiment travailler dans le cinéma, c'est donc une excellente façon de les faire découvrir l'industrie, c'est une exposition en début de carrière aussi, une expérience pratique qui pourrait les aider à décider où ils veulent aller plus tard dans la vie.»

[J. Bell, Co-fondateur]

 Créer des opportunités grâce à un système qui conjugue les aspects formels et informels de l'éducation

«Le cinéclub, c'est une sorte de mélange, c'est un système hybride de formel et d'informel. Et c'est en partie parce que nous avions besoin d'espace dans l'école et de soutien, les écoles ont aussi beaucoup d'étudiants, c'est donc un endroit idéal pour rentabiliser au maximum l'investissement que les projets de recherche et les projets artistiques et cinématographiques apportent à la communauté. Vous voulez tirer le meilleur parti de ce que vous pouvez faire. Mais en fin de compte, la raison pour laquelle nous avons commencé à le faire, c'est en grande partie pour les aider à terminer leurs études et à s'inscrire à un programme, et donc, vous savez, à un moment donné, une fois qu'ils sont assez âgés, vous essayez de les différencier en activités qui soutiennent leurs intérêts... la vie.» [J. Bell, Co-fondateur]

 

 La collaboration au service du bien commun

«Ils peuvent également faire l'expérience de leur culture à travers leur participation : par exemple, l'un des huit principes de l'Inuit Qaujimajatuqangit est de travailler ensemble pour une cause commune. Et... je crois qu'un projet vidéo... réaliser un projet vidéo, raconter une histoire, c'est - que ce soit par le biais d'un film ou sur scène -, c'est une des meilleures façons de travailler ensemble pour une cause commune.» [G. Billard, Co-fondateur]

  De la co-création de vidéos aux interactions personnelles

«Quand vous travaillez avec un groupe comme celui-là sur quelque chose de si intense, et que vous avez tous le même objectif... Je pense que cela devient un outil - non seulement de changement social et de narration d'histoires -, cela devient un outil de renforcement de l'amitié et de formation de liens qui dureront toute la vie, vous savez. Vous partagez votre cœur et votre âme lorsque vous parlez à quelqu'un de l'intimidation, ou qu'une vidéo vous fait pleurer, ce sont des moments essentiels dans la vie qui, je pense, restent avec nous pour toujours.» [G. Billard, Co-fondateur]

 Possibilités de filmer et de participer à des projets

«Je suis membre du cinéclub depuis environ 5 ans, mais je ne sais pas comment cela a commencé. J'ai commencé à en être membre parce que j'aime être devant les caméras et je veux en savoir plus sur la façon d'interviewer les gens. Mais je sais comment interviewer les gens, par exemple en installant les lumières, les caméras et d'autres choses, comme le montage... La raison pour laquelle je suis devenu membre du cinéclub, c'est que j'aime vraiment être près des caméras. Et je suis allé à Québec pendant deux semaines et c'était à cause du documentaire que nous avons fait sur Makuktut, et c'est pour ça que nous sommes allés à Québec. Et c'est grâce au financement du cinéclub que nous sommes allés à Québec.» [S. Jeune participant] 

Ce qui me plaît dans le programme AFS

«Le cinéclub a amélioré ma vie parce qu'on m'a permis de vivre des choses que je n'avais jamais vécues auparavant, comme aller très loin de la communauté et revenir en toute sécurité et comment utiliser correctement les caméras ; comment réparer les caméras quand elles sont cassées et oui, cassées ou comment réparer les objectifs quand ils sont sales ou les nettoyer quand ils sont sales ; et comment interviewer les personnes que nous allons interviewer, comment régler les lumières et d'autres choses. Voilà à quel point c'est important pour moi.» [S. Jeune participant]

AFS m'a aidé à me rapprocher des gens

«Ce que j'apprends dans le cinéclub, c'est comment entrer en contact avec les gens, même en dehors de la communauté. C'est ce que j'ai appris.»

[J. Jeune participant]

J'ai appris beaucoup de choses

«Oui, j'ai appris beaucoup de choses pendant nos réunions, comme comment faire des documentaires, comment adopter différents angles de vue sur le tournage, comment faire des reportages et comment monter la vidéo et comment narrer la vidéo et obtenir les bonnes histoires sur des sujets comme le type de sujet à traiter, quelque chose comme ça.» [E. Jeune participant]

Lancement du film Makkuktut à Arviat, 2016

Grâce à une collaboration entre l'Arviat Film Society et ARCTIConnexion, deux jeunes d'Arviat, Jamie Okatsiak et Samuel Kunuk Kanatuak Pauppa, ont effectué un stage de deux semaines dans une équipe de production de films professionnels à Québec et auprès des membres d'ARCTIConnexion et avec Gordon Billard de l'Arviat Film Society.

Ensemble, ils ont développé un court documentaire sur un sujet de leur choix. Ce documentaire a ensuite été partagé avec la communauté lors d'une visite à Arviat de Jrene Rahm, Vincent L'Hérault et Marie-Hélène Truchon, dans le cadre de ce projet.

Capture d’écran 2020-08-19 à 12.06.37.
Vecteur_camera_edited_edited_edited_edit